Personne ne passe pas par hasard à Plouneour-Brignogan-Plages, on y vient avec le souci de découvrir ce territoire, une presqu’île.

Geneviève R. vous emmène en balade pour découvrir les plus jolis coins … Après avoir rappelé l’origine de la commune, Geneviève R vous propose de découvrir :

– au sud de Plouneour Brignogan Plages, à Tregueiller, au bord de la baie de Goulven … balade 1

– le village de Plouneour, puis en suivant la baie, Kerurus jusqu’à  Beg ar Groas … balade 2

– la plage du Lividic qui permet d’arriver à la baie de Pontsuval, puis le port de Pontusval et la station balnéaire de Brignogan … balade 3

– toujours en suivant la côte et le GR34, le phare de Pontusval, la chapelle Pol … balade 4

– sans oublier plusieurs croix et lavoirs, autant de témoignages de la vie dans le pays pagan … balade 5

Vous pourrez découvrir également :

les 13 plages de notre commune

– des belles photos et des points remarquables, dont l’église Saint Pierre et l’enclos paroissial de Plouneour Trez

– les mégalithes (menhir, dolmen)

– la géologie particulière de la région et les rochers

– le port de Pontusval et les mouillages

Quelles origines ont les noms de notre commune ?

d’abord Plouneour (avant la fusion de 2017 : Plounéour-trez)

Plou est connu pour désigner un bourg, une paroisse et « eour » célèbre Saint Éneour. Il semble que le « Trez » ait été ajouté à une date relativement récente. Au début du XIXè siècle, on trouve la seule appellation de Plouneour. A quel moment cet ajout s’est-il fait ? Des recherches sont encore nécessaires mais il est cependant facile à imaginer que lors de la mise en ordre administrative du XIXè siècle, deux Plouneour dans le même département présentaient quelques difficultés de repérage.

A notre « Plouneour » sera ajouté Trez (treas = sable) et à celui aux confins des Monts d’Arrée sera ajouté Menez (mont).

– puis, Brignogan

Nombreux sont ceux qui proposent une explication à cette appellation de Brignogan aux consonances moins bretonnes que d’autres noms.

Et puisque la recherche n’est pas close, voici une nouvelle proposition dont l’idée est venue en consultant la carte vue de mer, du fameux atlas appelé « le Neptune François », paru en 1693.

Que lit-on : « Brignoguen ». Nous voici sur une piste puisque gan, après  mutation de Kan, signifie blanc et brigno hauteur ou colline. Les cartographes du XVIIè siècle ont-ils retranscrit blanc par guen ?

Voici donc une nouvelle possibilité qui rangerait « Ogan » (nom d’un personnage inconnu) au rang des possibles mais pas certains, tout comme « gan ». Nous retiendrons la piste indiquée par cette carte : Brignogan = Brignoguen = colline blanche.  Vue de mer cette hauteur claire était visible.

Pontusval